vendredi 15 janvier 2016

Avant-guerre : la penne d'une époque

La penne présentée ici reflète assez bien l'ensemble des activités estudiantines de l'immédiat avant-guerre : études longues, guindailles monstres, presse dynamique et action politique.

Son porteur, un Poil du Cercle des Sciences, a décroché 8 étoiles dorées. Il a brillamment réussi deux cycles d'études : l'un en Mathématiques (comme en atteste le blason aux flambeaux) et l'autre - vraisemblablement - en Histoire (comme le laisse penser la Minerve épinglée à l'arrière de la penne).

Membre du Cercle des étudiants libéraux (CEL), ce Poil a participé à deux congrès de la Fédération nationale des étudiants libéraux (à Mons en 1939 et à Gembloux en 1940). Manifestement ouvertement politisé, il affiche aussi des positions antifascistes : une épinglette "Anti-Rex" dénonce le parti de Léon Degrelle, tandis qu'un drapeau républicain espagnol frappé d'un "Madrid 1936-1939" rend hommage à ceux qui résistèrent aux troupes de Franco. Et l'on sait que les étudiants libéraux soutinrent activement ce combat, quoiqu'après quelques hésitations.

Sur cette penne, on retrouve les toutes premières médailles de Saint-Verhaegen, celle de 1938 (qui voit la naissance du géant Zéphyrin et des chars antifascistes) et celle de 1939, sans cortège (dont la Quête sera dédiée aux familles des soldats mobilisés). On déniche aussi la broche d'anniversaire des 20 ans du Bruxelles Universitaire, organe de l'Association générale des étudiants. Alors très réactif, pour la guindaille comme pour la politique, le B.U. consacre régulièrement une page au "Pet irréel" depuis 1936. Cette chronique satirique antifasciste détourne bien entendu le nom du Pays Réel, titre phare de la presse rexiste.

Comme la penne ne présente pas de médaille postérieure à 1940, il est possible que l'étudiant ait entamé ses études vers 1932. Il assiste alors la montée en puissance des Cercles - et notamment du CdS - mais aussi à la montée des nationalismes.







La penne est largement dépucelée, en son centre.
On distingue le système d'attache des médailles, avec le rond de cuir.


Char du Cercle de Médecine à la Saint-Verhaegen 1938.
Léon Degrelle, chef du parti d'extrême droite Rex, y est ausculté.
Il souffre de folie furieuse, dont les symptômes sont l'obsession de dictature,

les "pets irréels" (calembour sur le Pays Réel, journal de Rex)
et les "vomissement pourris" (allusion aux vociférations de Degrelle
sur la corruption des élites)
 
Manchette de la chronique antifasciste du Bruxelles Universitaire, 25 janvier 1937.
Dessin dû au crayon de Francis André, dit Clebs Phétide.
 
Deux des médailles de la fédération nationale des étudiants libéraux.