lundi 25 mai 2015

Statuts des Népelés

Avant la Seconde Guerre mondiale, sans doute en 1935, les Népelés sont fondés. Ils prendront une part active dans la Résistance, comme le rappelle Jean Mardulyn (ex président de l'Association générale) au sortir de la guerre. Plusieurs d'entre eux seront notamment du du groupe G, réseau issu de l'ULB.

On ne dispose d'aucune information sur les activités des Népelés avant la fermeture de l'université en 1941. Et l'on n'en sait guère plus sur leurs membres avant cette date.

Les statuts - teintés d'ironie - conservés aux Archives de l'ULB ont manifestement été rédigés après la guerre. Et semblent avoir concerné dans un premier temps des Anciens de la faculté de Droit, si l'on en croit l'article 4 des statuts qui stipule que "Sont seuls admissibles, comme membres, les A.D.Br. issus de l’U.L.B. dans les années 1935-1940."

Les Népelés - ou Nez Pelés ou encore N.P.L. (suivant les documents) - ont été fondés par Georges Nayrinck, Emile Penninck et Christian Lepoivre (ex président du Cercle du Libre Examen). Le nom du Cercle est formé des initiales des patronymes des fondateurs : N.P.L. Il s'agit sans doute d'une parodie des Macchabées - dont le nom s'orthographie aussi M.A.K.B.

Nous livrons les statuts tels que nous les avons découverts :


Cercle Philanthropique
LE ROYAL NEPELES
Statuts
 
Art.1er : Il est constitué une association sans but lucratif, à caractère philanthropique et aux buts essentiels ci-après :
- stimuler la pratique des jeux de cartes et plus spécialement du chasse-cœur, du poker et de la belotte.
- encourager le sens du devoir, le respect de l’autorité, l’amour du travail et le sentiment d’humilité dans les classes laborieuses.
- extirper définitivement les Macchabées de l’U.L.B.
- résoudre tous les problèmes scientifiques, économiques, financiers, sociaux culturels, politiques et philosophiques, nés de la complexité de la vie moderne.
- développer les relations publiques et privées avec le deuxième sexe et même, éventuellement, avec le troisième.
- resserrer les liens d’amitié entre ses membres.
 
Art.2 : Outre les objectifs d’activité courante, définis à l’Art.1er, l’association organise chaque année une réunion plénière et gastronomique en quelque endroit choisi.
 
Art.3 : L’association est dénommée « les Népelés ».
 
Art.4 : Sont seuls admissibles, comme membres, les A.D.Br. issus de l’U.L.B. dans les années 1935-1940.
 
Art.5 : Sont membres à part entière et d’office conviés aux rites et réunions plénières annuelles :
 
A. Membres fondateurs :
Georges NAYRINCK, dit « le Ménapien » ou « l’énorme Flamand ».
Emile PENNINCK, disparu -- n’a jamais prêté qu’une initiale et à la critique.
Christian LEPOIVRE, dit « Kiki » ou le « mini-tabellion ».

B. Membres d’honneur d’origine :
Hector LAUWERS, dit « Hector-le-Bienfaiteur ».
Willy MICHIELS : dit « l’artilleur des Flandres ».
Paul VEKEMANS, dit « Popoff ».

C. Membres normaux :
François DANHAIVE, dit « le cyclope unijambiste ».
Jacques François, dit le « Susse ».
Jacques GUYAUX, dit « Minette ».
Paul LELEU, dit « Polochon » -- archiviste-secrétaire.
Robert ROUSSEAU, dit « l’espion de service ».
 
D. Membres coloniaux intégrés :
Eddie BURG, dit « le coureur » - ex.V.I.P. désintégré.
Marcel CATS, dit « le chasseur ».
Pierre MAERSCHALK, dit « le bison ».
Jules WOLF, dit « Jujube ».
 
E. Membre sub-colonial subreptice :
Adelin SLOSSE, dit « Moustache » - du Cabinet.
 
F. Membre soumis à référendum annuel (sous réserves) :
Henri NEUMAN, dit « l’enflé » ou « le gonflé » ou « le bras d’or ».
 
Art.6 : Les membres sont autorisés à s'unir en groupes, sous-groupes, fractions et schismes (le cas échéant réduits à un effectif d’un seul membre), selon leurs affinités familiales, raciales, linguistiques ou confessionnelles, pour autant toutefois qu’ils ne versent pas dans le déviationnisme et le fractionnisme.
 
Art.7 : Tout recrutement de nouveaux membres se fait par cooptation et à l’unanimité. Les candidatures sont présentées par aux moins deux parrains, membres anciens et soumises au Conseil des Sages, constitué par les membres fondateurs et les membres d’honneur d’origine. Toute nouvelle candidature est toujours refusée.
 
Art.8 : L’exclusion indigne est décidée sans vote, mais à la majorité qualifiée, par simple expulsion.
 
Art.9 : Au cours de chaque réunion plénière annuelle, est désigné un dictateur, chargé de la responsabilité de l’organisation de la réunion suivante. Les décisions du dictateur sont irrévocables et sans appel.
 
Art.10 : Le dictateur peut s’adjoindre, sans pour autant pouvoir se dérober à ses responsabilités, un dictateur-adjoint. Ce dernier n’a pas la qualité de successeur.
 
Art.11 : Le point de départ de toute réunion plénière se situe à la Taverne Waterloo - Porte Louise à Bruxelles, dans le principe et sauf si le dictateur en décide autrement.
 
Art.12 : Le dictateur s’occupe, sous sa responsabilité :
- de convoquer les membres à la date qu’il a arrêtée.
- de choisir l’endroit, l’itinéraire, le local, le menu et les vins.
- de trouver gîte, distractions et logement pour tous les participants.
- d’arrêter le thème de la journée d’études-réunion plénière et d’en faire part, par une communication spirituelle, aux participants.
 
Art.13 : A l’issue de l’assemblée plénière, le dictateur est jugé sur ses actes par l’assemblée. Ce jugement est sans appel.
 
Art.14 : Les apéritifs sont joués au chasse-cœur et, à la rigueur, à la belote.
 
Art.15 : Les lits et les logements sont tirés au sort, au pitjesbak.
 
Art.16 : Au cours de la réunion plénière, les membres font des communications réfléchies sur le thème arrêté par le dictateur ou sur tout autre sujet compatible avec les objectifs de l’association.
 
Art.17 : Au cours de la réunion plénière, il est porté des toasts divers et répétés. A l’issue des agapes, est effectué le salut au drapeau, par tous les membres debout, le chef découvert. Les membres entonnent alors en chœur l’hymne des Népelés (Musique de Jujube - paroles de Popoff). Le drapeau est ensuite remis au nouveau dictateur qui en a la garde et la responsabilité jusqu’à l’année suivante.
 
Art.18 : A l’issue des gueletonnades et libations, la pratique du poker est admise, mais non encouragée, mais pas pour de l’argent.
 
Art.19 : Aucune infraction aux présents statuts ne peut faire l’objet de sanctions quelconques, sauf celles qui seront décidées par l’assemblée.
 


Ce document provient du Service Archives, Patrimoine
et Collections spéciales de l'ULB.
50 avenue Franklin Roosevelt à 1050 Bruxelles.