Pages

mardi 27 novembre 2012

Les Nébuleux : de Liège à Bruxelles

En 1886, le Cercle de Bohème est fondé à l'ULB. Il adopte le même nom qu'un Cercle de l'université de Liège, posé - lui - sur les fonds baptismaux en 1880.

Un an plus tard, le 10 octobre 1887, les étudiants bruxellois du Cercle de Bohème décident de s'appeller "Nébuleux" (Journal des Etudiants du 16 mai 1890). Comme les Ulbistes avaient le regard tourné vers la Cité ardente, il nous semble possible que ce nouveau nom ait lui aussi été emprunté à un Cercle liégeois : la Société des Nébuleux, fondée en 1857. Cela nous semble d'autant plus possible que les Nébuleux bruxellois naissent exactement 30 ans après leurs homonymes liégeois. L'adoption du même nom à une telle date, cela nous fait penser à un anniversaire... Et autre élément appuie cette hypothèse : Charles Sillevaerts indique dans ses mémoires que les Nébuleux de l'ULB "avaient, en 1912, une bonne soixantaine d'années d'existence", ce qui nous ramène pas loin de 1857, année de fondation des Nébuleux liégeois... (In illo tempore, 1962)

Une franc-maçonnerie estudiantine occulte. Vraiment ?

De cette Société nous ne savons que ce que nous en dit l'Almanach de l'Université de Liège de 1886, avec un ton mi-sérieux mi-ironique. Du coup, un doute plane sur les véritables activités du club. On imagine qu'elles devaient être à la fois intellectuelles et bachiques :

"Les Nébuleux se constituent en cercle en l'année 1857. Leur but était celui de tous nos cercles universitaires : conférences, causeries, discussions. Mais pourquoi ce titre étrange et prêtant à fâcheuse interprétation. Ah ! voilà ! Notre prédécesseur, l'Almanach de 1868, essaie une explication. Tout d'abord, il proteste véhémentement contre ceux qui accusent les Nébuleux de former une société secrète, une franc-maçonnerie occulte ; il stigmatise les infâmes calomniateurs qui prétendent que leur local est un temple où règnent dans une confusion mythologique, le grand Gambrinus et le joyeux Bacchus, sorti de la cuisse de Zeus. Mais alors, le titre ? Ah ! oui, le titre !.. Mais laissons la parole à notre aîné : "Dans l'une des réunions préparatoires à l'élaboration des statuts, l'un des membres consultés répondit que son état physique et intellectuel ne lui permettait pas de prendre en ce moment une part active à la discussion. "Je suis nébuleux en diable", dit-il. Le mot parut drôle, on s'en amusa et la clôture des débats n'était pas décidée que le premier Nébuleux avait des frères, et de voix commune on décida que le club serait nommé Société des Nébuleux. Que ceux qui ne veulent pas croire encore lisent ceci, c'est la description du local : "Des tables sont chargées de journaux, grands et petits, de toute couleur, de toute nuance, encombrées de revues scientifiques et littéraires. La Société a sa bibliothèque et son bibliothécaire. Le samedi, tous les membres se réunissent et, là, durant de longs moments on écoute, on discute un point de philosophie, de morale..." Là, êtes-vous convaincu maintenant et quand un vieil universitaire viendra vous dire qu'il en fut, des Nébuleux, et emphatiquement, vous narrera quelque fabuleuse noce, quelque gigantesque beuverie du défunt Cercle, vous lui répondrez avec l'Almanach de 1868 : calomnie, calomnie, calomnie !"

En 1868, l'Almanach ajoutait que "cet aperçu suffit pour indiquer ce qu'est la Société des Nébuleux et pour dire ce qu'elle restera car ses statuts sont forts, solides, pratiques ; car l'esprit de société, d'union, y est vivace ; car ce Cercle, enfin, est de ceux qui n'ont point perdu les bonnes traditions."

Extinction des Nébuleux

Nous ignorons quand les Nébuleux liégeois se sont éteints. Mais nous perdons la trace du club peu avant 1879, c'est-à-dire une dizaine d'années à peine avant l'apparition de leurs cousins de Bruxelles.

Ainsi, nous disposons d'une liste des présidents de leur Cercle jusqu'en 1868.
1857-1859 : Stassin
1859-1861 : Bourlart
1861-1864 : Dapsens
1864-1865 : Detrie
1865-1866 : Croquet
1866-1867 : Henroz
1867-1868 : Vanweyenberg


Et Michel Péters, vénérable Poil de Liège, nous signale qu'on possède "un Rapport de la Société des Nébuleux des années 1871 à 1873. On n’y relève aucune information complémentaire sur le nom du cercle mais seulement quelques renseignements sur les séances."
"En 1871, il est décidé de réunir les membres en deux banquets. Le premier consiste en un banquet d’installation de la commission et est donné en l’honneur des élus ; le second réunit les anciens membres. Ces banquets sont l’occasion de joyeuses fêtes terminées tardivement où les chansons sont nombreuses", comme l'épingle Michel Péters. Qui indique aussi qu'après la publication du Rapport de la Société des Nébuleux 1871-72-73 lu et approuvé dans la séance du 7 février 1874 (paru à Liège, chez Vaillant-Carmanne en 1874) le silence se fait dans les archives : "on ne connaît plus rien de la Société des Nébuleux après cette date."
Un héritage ?

Quel héritage la Société des Nébuleux de l'Université de Liège a-t-elle transmis et à qui ? La Bohême de l'ULg en a-t-elle perpétué l'organisation ? Les Nébuleux bruxellois ont-ils glané des statuts parmi ceux de leurs aînés liégeois ? Nous cherchons encore le fin mot de l'histoire...